Comment dorment les animaux ?

Vous êtes-vous déjà demandé comment les baleines peuvent dormir sans se noyer ou pourquoi les chauves-souris dorment à l’envers ? Tous les animaux ont besoin de sommeil, mais les habitudes de sommeil des animaux sont aussi variées que le règne animal lui-même.

Comment dorment les mammifères

Les mammifères dorment pour économiser leur énergie et restaurer leur énergie mentale et physique. La quantité de sommeil dont un mammifère a besoin dépend de plusieurs facteurs, notamment l’âge, la taille, l’environnement, l’alimentation et la sécurité de son site de sommeil. Le fait qu’un mammifère vive sur terre ou dans la mer peut également affecter la quantité de sommeil dont il a besoin.

Différents mammifères passent des durées différentes en sommeil non paradoxal et en sommeil paradoxal. Cependant, tous les mammifères étudiés jusqu’à présent présentent des signes de sommeil paradoxal, ce qui suggère que les mammifères rêvent, tout comme les humains.

Le sommeil des mammifères est souvent classé comme monophasique ou polyphasique. Le sommeil monophasique décrit les animaux qui reçoivent généralement leur sommeil en une seule période de temps concentrée. Les humains sont un exemple de dormeurs monophasiques. Nos rythmes circadiens nous encouragent à dormir pendant de longues périodes la nuit et à être actifs et alertes pendant la journée.

Les dormeurs polyphasiques, en revanche, ont tendance à dormir en plusieurs périodes tout au long d’un cycle de 24 heures. Le sommeil polyphasique est plus courant, car de nombreux animaux doivent maintenir un certain niveau de vigilance contre les prédateurs. Cependant, si les menaces sont minimisées, les animaux peuvent profiter d’un sommeil monophasique. Les ouistitis, par exemple, dorment dans les arbres entourés de leur famille, ce qui leur permet de se sentir plus protégés et de vivre un sommeil monophasique.

Mammifères terrestres

Même chez les mammifères terrestres, la quantité de sommeil nécessaire varie d’une espèce à l’autre. Les girafes ont étonnamment besoin de peu de sommeil. La girafe moyenne dort 4,6 heures par jour. Pour la plupart, les girafes ont tendance à dormir pendant la nuit, bien qu’elles fassent quelques siestes rapides tout au long de la journée. Les girafes peuvent dormir aussi bien debout que couchées, et leurs cycles de sommeil sont assez courts, d’une durée de 35 minutes ou moins.

Les éléphants sont un autre animal qui dort très peu. Certains chercheurs ont documenté leur temps de sommeil total à seulement 2 heures par jour. Les scientifiques peuvent dire que les éléphants dorment lorsque leur trompe s’arrête de bouger. Les éléphants, comme les girafes, ne dorment probablement que quelques heures par jour en raison de leur taille corporelle massive et doivent souvent brouter. Le risque de prédation peut également jouer un rôle dans le peu de temps qu’ils dorment, compte tenu de la distance qu’ils parcourent lorsqu’ils sont éveillés. Les scientifiques ont observé des éléphants voyager pendant près de deux jours sans dormir du tout.

Comme les girafes et les éléphants, les chevaux ne dorment pas beaucoup, et quand ils le font, ils peuvent dormir debout. Cependant, une fois qu’ils entrent dans le sommeil paradoxal, ils se couchent.

À l’autre extrémité du spectre, il y a les chiens, qui passent plus d’un tiers de leur journée à dormir. Un autre 21% de leur journée est passé dans un état de somnolence détendue, prêt à faire la sieste à tout moment. Les petites chauves-souris brunes dorment encore plus longtemps, environ 20 heures par jour. Une partie de ce temps est passée dans un état de torpeur ou d’hibernation.

Qu’est-ce que l’hibernation ?

L’hibernation est un état semblable au sommeil dans lequel s’engagent de nombreux mammifères et certains autres types d’animaux. Pendant l’hibernation, qui peut durer des mois à la fois, un animal mange, bouge et produit des déchets très rarement et seulement pendant de brèves périodes d’éveil léger.

Lire aussi  Parasomnies

Il y a une idée fausse courante selon laquelle l’hibernation est un état de sommeil prolongé, mais ce n’est pas tout à fait correct. L’hibernation est plus correctement comprise comme un état de torpeur. Pendant la torpeur, les animaux ont un métabolisme, une fréquence cardiaque, une température corporelle et une fréquence respiratoire réduits. Ces effets sont similaires à ce qui se passe pendant le sommeil, mais ils sont plus prononcés pendant l’hibernation que pendant le sommeil normal.

Les animaux hibernent pour conserver leur énergie lors de changements de température importants ou lorsque la nourriture se fait rare. Les chauves-souris, par exemple, doivent décider d’hiberner ou de migrer lorsque leur approvisionnement alimentaire en insectes diminue pendant les mois les plus froids. Certaines chauves-souris peuvent rester, conservant leur énergie en entrant dans la torpeur pendant quelques heures par une journée froide ou en hibernant pendant six mois jusqu’au retour des insectes au printemps.

Lorsque les gens pensent à l’hibernation, ils pensent souvent aux ours – bien que l’expérience de l’hibernation des ours soit unique par rapport à l’hibernation typique. Pendant la torpeur, la température corporelle d’un ours reste presque la même, bien qu’il ne mange pas, ne boive pas, n’urine pas ou ne défèque pas beaucoup pendant une période allant jusqu’à sept mois. Parmi les autres animaux qui hibernent, citons le lémurien nain à queue grasse de Madagascar, les hérissons européens, les écureuils terrestres et les opossums pygmées.

Mammifères marins

En ce qui concerne la durée du sommeil, les morses sont comme les chauves-souris de la mer, dormant entre 19,4 et 20,5 heures par jour. Ils peuvent dormir dans l’eau et sur terre, bien qu’ils dorment plus longtemps sur terre. Lorsque les morses dorment dans l’eau, ils se couchent généralement au fond, flottent à la surface ou s’appuient contre quelque chose en position debout. Ils peuvent même accrocher leurs défenses à une banquise et dormir ainsi. Comme les éléphants, les morses peuvent passer des jours sans dormir. Ils peuvent nager jusqu’à 84 heures avant de devoir se recharger.

Pour ne pas être surpassés par les morses, les cachalots ont également des positions de sommeil uniques. En fait, ils dorment en position verticale. Des scientifiques vigilants ont pu confirmer qu’ils étaient endormis car ils n’ont pas réagi au passage d’un navire jusqu’à ce qu’il les heurte !

Les dauphins, les phoques à oreilles et les lamantins sont tous des mammifères marins qui dorment de manière unihémisphérique. Pendant le sommeil unihémisphérique, un côté du cerveau dort tandis que l’autre côté reste éveillé, permettant à ces animaux de profiter des bienfaits réparateurs du sommeil tout en restant à l’affût des menaces potentielles.

Des oiseaux

Les oiseaux dorment également de manière unihémisphérique, avec un côté du cerveau endormi tandis que l’autre reste éveillé. Pendant leur sommeil, seul l’œil associé à l’hémisphère endormi de leur cerveau est fermé.

Le sommeil unihémisphérique permet aux oiseaux de se protéger des prédateurs. Par exemple, les canards colverts peuvent dormir à la suite. Les canards à la fin seront plus susceptibles de dormir de manière unihémisphérique, leur œil extérieur restant ouvert, tandis que les canards du milieu dorment les deux yeux fermés.

Le sommeil unihémisphérique permet également aux oiseaux migrateurs d’effectuer leurs longs vols. Ils peuvent dormir en planant, lorsque leurs ailes n’ont pas besoin de battre autant. Des oiseaux comme le martinet alpin ont été documentés volant pendant 200 jours sans escale.

Cependant, les oiseaux migrateurs dorment beaucoup moins pendant la migration. Les moineaux à couronne blanche, par exemple, ne dorment qu’un tiers du temps qu’ils font lorsqu’ils ne migrent pas. Ils rattraperont leur sommeil avec des micro-siestes pendant la journée et pendant les périodes où ils sont perchés. Lorsqu’ils se perchent, les tendons de leurs pieds se verrouillent en place, leur permettant de dormir avec peu d’effort. Les chauves-souris ont une fonction de verrouillage similaire qui leur permet de dormir à l’envers.

Lire aussi  Qu'est-ce que cela signifie si vous rêvez d'un ex ?

Reptiles et Amphibiens

Les reptiles et les amphibiens sont parmi les animaux les moins étudiés en matière de sommeil. Historiquement, on pensait que le sommeil paradoxal et le sommeil à ondes lentes étaient exclusivement des habitudes de sommeil des mammifères et des oiseaux. Cependant, des recherches émergentes indiquent que les reptiles tels que les lézards peuvent également connaître ces phases de sommeil, même dans des cycles de sommeil aussi courts que 80 secondes.

Comme les autres animaux, les lézards choisissent des perchoirs de sommeil qui maximisent leur sécurité. Ils peuvent dormir sur des feuilles, la tête orientée vers le chemin qu’un prédateur emprunterait pour les approcher. Certains prédateurs, comme les crocodiles, dorment unihémisphériquement afin de pouvoir garder un œil sur les menaces et la nourriture.

Alors que les crocodiles dorment avec un œil ouvert, les serpents dorment avec les deux yeux ouverts – en fait, ils doivent, car ils n’ont pas de paupières. Les serpents peuvent dormir plusieurs jours d’affilée, digérant leur nourriture.

Les serpents Cottonmouth et les lézards de la clôture de l’Ouest brument tous les deux. Semblable à l’hibernation, la brumation décrit un état d’activité et de métabolisme réduits chez les reptiles, généralement en réponse à des températures plus froides et à une nourriture moins disponible. Les salamandres peuvent entrer en brumation pendant 100 jours à la fois.

Les amphibiens peuvent également entrer dans un état de torpeur pour survivre dans des climats arides. Cet état est connu sous le nom d’estivation. Pendant l’estivation, les grenouilles fouisseuses à rayures vertes s’enfouissent profondément sous terre, où elles arrêtent de bouger et de manger pendant des mois.

Les poissons dorment-ils ?

En quelque sorte, mais il est probablement plus approprié d’appeler ce que font les poissons « se reposer ». Lorsque les poissons se reposent, ils ralentissent leur niveau d’activité et leur métabolisme tout en restant suffisamment alertes pour se protéger du danger. Ils flottent sur place, comme le font les poissons zèbres, ou se trouvent un endroit sûr dans la boue, le sable ou le corail pour se reposer. Les poissons-perroquets sécrètent même un cocon de mucus autour d’eux pour rester protégés pendant leur sommeil.

La façon dont un requin dort dépend de la façon dont il respire. Les requins pompeurs buccaux respirent par leurs joues, ce qui leur permet de se reposer immobiles dans une grotte ou sur le fond marin. Les scientifiques ont observé des requins nourrices, un type de requin pompeur buccal, entrant dans un état de sommeil dans lequel ils semblent léthargiques et immobiles. Leurs yeux sont mi-clos et leurs nageoires pectorales et caudales les soutiennent lorsqu’ils utilisent une pierre comme oreiller.

Les poissons et les requins ventilés par bélier, quant à eux, ventilent leurs branchies en gardant la bouche ouverte pendant qu’ils nagent. Ils doivent nager en permanence, ils doivent donc trouver des façons créatives de dormir. Les scientifiques émettent l’hypothèse que les poissons béliers ventilés peuvent profiter des courants, permettant au courant de pousser l’eau sur leurs branchies et de permettre la respiration. Il est cependant plus probable qu’ils dorment unihémisphériquement, ce qui permet à un œil de rester ouvert et de surveiller leur environnement.

Le monde du sommeil animal est fascinant et les chercheurs en apprennent chaque jour davantage.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

À propos de notre équipe éditoriale

auteur
Éric Suni

Rédacteur personnel

Eric Suni a plus d’une décennie d’expérience en tant que rédacteur scientifique et était auparavant spécialiste de l’information pour le National Cancer Institute.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest