Comment l’apnée du sommeil affecte la tension artérielle

L’hypertension artérielle, également appelée hypertension, est un problème de santé courant dans lequel la quantité de force qui pompe le sang dans les vaisseaux sanguins est supérieure à la normale. Les personnes souffrant d’hypertension ne présentent souvent aucun symptôme, mais apprennent qu’elles souffrent d’hypertension lors de contrôles de routine chez un médecin. Si elle n’est pas traitée, l’hypertension artérielle exerce une pression quotidienne sur le système cardiovasculaire, ce qui peut entraîner des accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques et d’autres conditions. Heureusement, la gestion de l’hypertension avec des médicaments et des changements de mode de vie peut réduire votre risque d’effets nocifs sur la santé.

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil qui provoque de nombreux arrêts respiratoires pendant le sommeil. Il existe deux types d’apnée du sommeil : l’apnée obstructive du sommeil (AOS) et l’apnée centrale du sommeil (ASC). L’AOS est marquée par des épisodes d’effondrement des voies respiratoires, qui bloquent le flux d’air dans les poumons et provoquent souvent des ronflements et des halètements pendant le sommeil. Dans le CSA, les interruptions respiratoires se produisent en raison d’un manque de communication entre le cerveau et les muscles impliqués dans la respiration.

Il est important de comprendre la relation entre l’hypertension et l’apnée du sommeil, car ces deux affections s’influencent mutuellement et le traitement de l’apnée du sommeil peut faire baisser la tension artérielle chez les personnes atteintes des deux.

La relation entre l’apnée du sommeil et la tension artérielle

Parmi les deux types d’apnée du sommeil, seul le SAOS est lié à l’hypertension artérielle. Le CSA n’est pas une cause connue d’hypertension, mais il se développe chez 30 à 50 % des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque.

La prévalence du SAOS est estimée entre 4 et 7 % de la population générale, mais il touche 30 à 40 % des personnes hypertendues. Parmi les personnes diagnostiquées avec OSA, on estime qu’environ la moitié souffrent également d’hypertension artérielle.

Chez les individus en bonne santé, la pression artérielle baisse naturellement de 10 à 20 % la nuit, phénomène parfois appelé « baisse de la pression artérielle ». Les personnes atteintes d’AOS sévère connaissent des baisses de pression artérielle inférieures à 10 %, ce qui indique un schéma de pression artérielle « sans baisse ».

Les personnes dont la tension artérielle ne baisse pas la nuit courent un risque accru de problèmes cardiovasculaires. De plus, de nombreux patients atteints d’AOS subissent une élévation soudaine et prononcée de leur tension artérielle lorsqu’ils se réveillent le matin. Cette « poussée matinale » est un autre facteur qui peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire. L’AOS modérée à sévère augmente la mortalité toutes causes confondues et cardiovasculaire.

OSA n’affecte pas seulement la tension artérielle la nuit. Des études montrent que les niveaux de pression artérielle diurne augmentent également avec la gravité de l’apnée du sommeil.

Lire aussi  Niveaux de sommeil et de glycémie

Comment l’apnée du sommeil provoque-t-elle une hypertension artérielle ?

La privation de sommeil met le cœur à rude épreuve, et l’OSA en particulier provoque une suractivation du système nerveux sympathique, ce qui peut entraîner une hypertension artérielle. Le rôle de notre système nerveux sympathique est de contrôler notre réponse « combat ou fuite ». Lorsqu’il est activé, le système nerveux sympathique déclenche une série de réactions physiques temporaires, notamment une fréquence cardiaque plus rapide, une pression artérielle plus élevée, des pupilles dilatées et un métabolisme accru. Tous ces changements nous aident à réagir aux événements stressants ; cependant, une activation excessive du système nerveux sympathique peut entraîner une élévation chronique de la pression artérielle.

Chaque fois qu’une personne atteinte d’AOS subit un collapsus des voies respiratoires et arrête brièvement de respirer pendant son sommeil, son système nerveux sympathique s’active et la pression artérielle augmente rapidement lorsqu’elle reprend sa respiration. Parfois, cette séquence de pause et de reprise de la respiration peut amener une personne à se réveiller du sommeil. Lorsqu’une personne se réveille après un événement OSA, l’activation du système nerveux sympathique et les niveaux de pression artérielle augmentent encore plus.

De plus, lorsque le sommeil est perturbé par les symptômes de l’AOS, le corps libère dans le sang des hormones du système nerveux sympathique appelées catécholamines. Les catécholamines sont des hormones de stress qui sont principalement libérées par les glandes surrénales. Des exemples de catécholamines comprennent la dopamine et l’épinéphrine (également appelée adrénaline). Des niveaux élevés de catécholamines dans le sang provoquent une pression artérielle élevée.

Obésité et résistance à l’insuline

Le SAOS, l’hypertension, l’obésité et la résistance à l’insuline partagent une relation complexe dans laquelle les quatre facteurs s’influencent et s’aggravent mutuellement.
L’obésité prédispose les gens au SAOS. L’obésité augmente également le risque de développer une hypertension artérielle. La recherche suggère que lorsqu’une personne souffre à la fois d’AOS et d’un excès de poids, les deux conditions peuvent s’affecter mutuellement de manière à nuire à la santé cardiovasculaire. Par exemple, le SAOS et l’obésité provoquent tous deux des taux élevés de leptine dans le sang. La leptine est une hormone qui favorise la faim, ce qui peut contribuer davantage à la prise de poids. La leptine stresse également le système cardiovasculaire et peut favoriser le développement de l’hypertension.

Les personnes présentant une résistance à l’insuline ont besoin de niveaux de plus en plus élevés d’hormone insuline pour pouvoir utiliser un type de sucre dans le sang appelé glucose comme source d’énergie. Au fil du temps, la résistance à l’insuline peut entraîner des niveaux de glucose incontrôlés dans le sang et le développement du diabète. L’obésité est une cause connue de résistance à l’insuline. Des études récentes ont montré que l’OSA est également une cause de résistance à l’insuline, quel que soit son poids. L’hypertension artérielle est un autre facteur de risque de résistance à l’insuline. Étant donné que la résistance à l’insuline est un activateur du système nerveux sympathique, elle peut également provoquer ou aggraver une hypertension artérielle.

Comment le traitement de l’apnée du sommeil affecte-t-il la tension artérielle ?

Il existe un certain nombre d’options de traitement pour l’OSA. Le traitement améliore non seulement la qualité du sommeil, mais pourrait également aider à gérer l’hypertension. Le traitement le plus courant et le plus efficace est appelé pression positive continue (CPAP).

Le traitement CPAP consiste à porter un masque facial attaché à une machine qui pompe de l’air dans les poumons la nuit. Il agit en empêchant les voies respiratoires de s’effondrer, ce qui améliore la qualité du sommeil chez les personnes atteintes d’OSA. Des études portant sur les effets de la CPAP chez les patients souffrant d’hypertension et d’AOS ont montré que le traitement par CPAP abaisse la tension artérielle pendant la journée et la nuit, en particulier chez les patients atteints d’AOS sévère. CPAP réduit également les niveaux de catécholamines.

Certains patients ont du mal à s’adapter au masque facial CPAP la nuit. L’utilisation régulière et appropriée de la CPAP est importante pour gérer efficacement le SAOS et l’hypertension. Les embouts buccaux sont une alternative à la CPAP et sont conçus pour aider à maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil. Des recherches sont nécessaires pour déterminer si les embouts buccaux abaissent également la tension artérielle chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle et d’AOS. Certaines interventions chirurgicales sont également effectuées pour traiter l’OSA chez certains patients.

Perdre du poids soit par des changements de régime alimentaire et de mode de vie, soit par une chirurgie bariatrique est une autre approche de la gestion de l’AOS qui peut également abaisser la tension artérielle.

https://monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/33dqnxp_Lofta_CTA_Desktop_SF_V2.jpeg
https://monsieurdream.com/wp-content/uploads/2022/09/33dqnxp_Lofta_CTA_Mobile_SF_V2.jpeg

Dois-je parler à mon médecin de l’apnée du sommeil ?

Si vous souffrez d’hypertension artérielle et que vous craignez de souffrir également d’apnée du sommeil, parlez-en à un médecin. Le diagnostic est la première étape pour accéder à des traitements efficaces pour l’AOS qui peuvent améliorer votre sommeil et votre tension artérielle. Déterminez si l’un des symptômes suivants s’applique à vous :

  • La somnolence diurne
  • Difficulté d’attention et de mémoire
  • Maux de tête le matin
  • Bouche sèche au réveil
  • Irritabilité, anxiété ou dépression

L’apnée du sommeil n’est souvent pas reconnue par la personne concernée. Dans de nombreux cas, un partenaire de lit remarque des symptômes nocturnes d’AOS, ce qui incite à consulter un médecin. Si vous partagez une chambre ou une maison avec quelqu’un d’autre, demandez-lui s’il a remarqué que vous présentiez l’un de ces signes pendant votre sommeil :

  • Ronflement fort
  • S’étouffer ou haleter pendant le sommeil
  • Pauses respiratoires pendant le sommeil

L’apparition d’un ou plusieurs de ces symptômes ne signifie pas nécessairement que vous souffrez d’apnée du sommeil, mais c’est une bonne raison d’en parler avec votre médecin.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest