Syndrome de la tête explosive

Le syndrome de la tête explosive (EHS) est un trouble du sommeil parasomniaque défini par des épisodes qui surviennent généralement pendant la période de transition entre le sommeil et l’éveil.1. Ces épisodes présentent des sons ou des sensations imaginaires qui créent la perception d’une forte explosion et éventuellement d’un éclair de lumière, dans la tête du dormeur. Les épisodes sont brefs et durent généralement moins d’une seconde.

Bien que ce trouble ne soit pas associé à une douleur physique, les personnes peuvent se sentir effrayées ou anxieuses après la fin de l’épisode. Ceux qui subissent plus d’un épisode au cours d’une même nuit peuvent également ressentir une forte excitation pouvant entraîner une perte de sommeil.

Symptômes du syndrome de la tête explosive

Selon la classification internationale des troubles du sommeil, les patients doivent répondre à tous les critères suivants pour recevoir un diagnostic EHS :

1. Plaintes de bruits forts ou de sensations qui imitent les effets d’une explosion dans la tête pendant les périodes de transition entre le sommeil et l’éveil.

2. Sentiments d’excitation intense, et éventuellement de peur, suite à ces épisodes.

3. Aucune douleur physique significative pendant ou après les épisodes.

Bien que ne faisant pas partie des critères diagnostiques, certaines personnes perçoivent des éclairs de lumière lors de leurs épisodes EHS. Des secousses myocloniques – des secousses involontaires qui affectent des groupes de muscles – peuvent également se produire.

Qu’est-ce qui cause le syndrome de la tête explosive?

Bien que l’EHS ait été documentée depuis les années 1870, la maladie n’a pas été largement étudiée et le taux de prévalence n’est pas connu. La recherche suggère que l’EHS survient plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes. L’âge médian de tous les cas signalés est de 58 ans, mais des cas ont été signalés chez des patients âgés de moins de 10 ans à plus de 80 ans. Certains cas d’EHS impliquent deux membres ou plus de la même famille, mais aucun lien génétique n’a été officiellement établi.

Lire aussi  Maux de tête du matin : Pourquoi est-ce que je me réveille avec un mal de tête ?

La fréquence des épisodes varie selon le patient. Certains vivent plusieurs épisodes au cours d’une nuit. Des patients ont également signalé des épisodes répétés pendant plusieurs nuits consécutives après des semaines ou des mois d’inactivité complète.

Dans la plupart des cas, les patients ne remarquent aucun facteur déclenchant menant aux épisodes d’EHS. Cela dit, certains affirment vivre un plus grand nombre d’épisodes lorsqu’ils sont stressés ou fatigués. Les sensations de peur immédiatement après les épisodes d’EHS sont courantes, tout comme les signes physiologiques de peur tels que la transpiration, les palpitations et les difficultés respiratoires.

Une enquête de 2020 auprès de 3 286 personnes atteintes d’EHS – à ce jour, le plus grand échantillon étudié pour le trouble – a révélé qu’environ 44% des patients ressentent une «peur importante» au réveil. Les attaques récurrentes peuvent également entraîner une détresse clinique, en particulier si le patient a des inquiétudes ou des préoccupations concernant une affection sous-jacente plus grave.

Le syndrome de la tête explosive est-il dangereux ?

L’EHS est considérée comme une condition inoffensive qui ne présente aucun danger pour la santé. En fait, la prise en charge primaire du trouble comprend une éducation et des assurances sur sa nature bénigne. Certaines personnes connaissent même moins d’épisodes EHS après avoir entendu ces informations.

Lire aussi  Les meilleurs exercices pour dormir

La plupart des personnes diagnostiquées avec EHS recevront un bon pronostic. Le trouble n’est pas associé à des conditions supplémentaires qui se produisent par conséquent. Avec un traitement et du temps appropriés, les épisodes d’EHS peuvent complètement disparaître.

Diagnostic et traitement

Il n’y a pas de tests objectifs utilisés pour diagnostiquer l’EHS. Cependant, les critères de diagnostic peuvent aider les médecins à distinguer l’EHS des conditions qui produisent des symptômes similaires.

Par exemple, les syndromes de céphalées d’apparition soudaine, comme les céphalées lancinantes idiopathiques et les céphalées en coup de tonnerre, provoquent également des épisodes qui se produisent sans avertissement. La douleur accompagne souvent ces épisodes et ils surviennent généralement pendant les heures d’éveil. D’autres affections pour lesquelles les patients EHS peuvent être évalués comprennent l’épilepsie nocturne, les maux de tête hypniques et le trouble de stress post-traumatique.

Étant donné que l’EHS ne semble pas affecter la durée ou l’architecture du sommeil, certains patients subissent des tests de polysomnographie ou une imagerie par résonance magnétique pour vérifier les conditions sous-jacentes. Les médecins demandent souvent aux patients d’autres troubles du sommeil et des conditions médicales ou psychiatriques. Des études suggèrent un lien étroit entre l’EHS et l’insomnie, ainsi que la paralysie du sommeil, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

L’EHS est normalement traitée sans médicament. Bien qu’il n’y ait aucune trace d’une recherche ou d’un essai clinique explorant les options de traitement médicamenteux pour le trouble, certains médicaments auraient été efficaces pour soulager les symptômes.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest