Traitement du syndrome des jambes sans repos (SJSR)

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR), également connu sous le nom de maladie de Willis-Ekbom, est un trouble caractérisé par des sensations de picotement inconfortables et une envie irrésistible de bouger les jambes. Les symptômes semblent suivre le rythme circadien, s’aggravant généralement la nuit et interférant souvent avec le sommeil.

Le traitement du syndrome des jambes sans repos vise à réduire l’inconfort des symptômes et à améliorer la qualité du sommeil. Bien que les symptômes du SJSR ne disparaissent jamais complètement, ils peuvent être considérablement améliorés grâce à une combinaison de changements de mode de vie, de suppléments de vitamines et de minéraux, d’appareils médicaux et de médicaments.

Établir un plan de traitement pour le syndrome des jambes sans repos

Lors du traitement du SJSR, les médecins doivent tenir compte de la gravité de la maladie et de la mesure dans laquelle elle affecte votre qualité de vie. En raison du potentiel d’effets secondaires, les médecins peuvent préférer éviter de prescrire des médicaments pour des symptômes légers qui n’interfèrent pas avec la vie quotidienne.

Étant donné que le SJSR peut survenir seul ou à la suite d’une autre condition médicale, le traitement des symptômes du SJSR peut devoir être abordé différemment selon la cause profonde. Avant de procéder au traitement du SJSR, les experts recommandent de rechercher d’autres affections susceptibles de causer ou d’aggraver les symptômes du SJSR. Les coupables courants incluent :

  • Privation de sommeil
  • Stresser
  • Un mode de vie sédentaire
  • Obésité
  • Consommation d’alcool, de nicotine, de caféine
  • Grossesse
  • Diabète
  • Troubles respiratoires du sommeil
  • Neuropathie périphérique
  • Insuffisance rénale
  • Médicaments tels que les antihistaminiques et certains antidépresseurs

Pour de nombreuses personnes, la prise en compte de ces facteurs peut entraîner une réduction drastique des symptômes du SJSR. Cependant, si les symptômes sont toujours gênants ou s’ils interfèrent avec le sommeil, les médecins peuvent conseiller des remèdes supplémentaires.

Syndrome des jambes sans repos et nutrition

De nombreux cas de SJSR sont associés à une carence en fer, qui peut être traitée avec des suppléments de fer. Ceux-ci ont peu d’effets secondaires en dehors des maux d’estomac et de la constipation, et ils agissent pour réduire les symptômes du SJSR chez de nombreuses personnes présentant de faibles niveaux de fer et de ferritine ou une anémie ferriprive. Après avoir vérifié vos taux de fer et de ferritine, votre médecin peut vous prescrire des suppléments de fer seuls ou en association avec d’autres médicaments.

D’autres vitamines et minéraux tels que le magnésium, le zinc et la vitamine D peuvent également jouer un rôle dans le SJSR. Les femmes enceintes en particulier peuvent bénéficier de suppléments de folate, tandis que les personnes souffrant de problèmes rénaux peuvent bénéficier de suppléments de vitamines C et E.

Remèdes maison pour le syndrome des jambes sans repos

Les remèdes maison offrent un moyen simple d’améliorer les symptômes du SJSR. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour confirmer l’efficacité de ces méthodes, de nombreuses personnes présentant des symptômes légers à modérés du SJSR trouvent un soulagement grâce à une combinaison des éléments suivants :

  • Bouger les jambes: Le déplacement de la partie du corps affectée entraîne généralement un soulagement des sensations inconfortables, bien que les symptômes puissent réapparaître lorsque le mouvement cesse.
  • Adopter de saines habitudes d’hygiène du sommeil: Le SJSR peut entraîner une perte de sommeil , mais il est également exacerbé par des problèmes de sommeil. Essayez de garder un horaire de sommeil régulier et demandez à votre médecin des conseils personnalisés d’hygiène du sommeil.
  • Éviter le tabac et avoir une alimentation saine: La fondation Syndrome des jambes sans repos recommande de réduire l’alcool, la caféine, le sucre et le sel et de suivre une alimentation saine riche en vitamines et minéraux. En plus de soulager les symptômes du SJSR, une alimentation saine peut aider à améliorer la qualité du sommeil.
  • Faire de l’exercice: L’exercice modéré et les étirements peuvent aider à réduire les symptômes du SJSR. Cela dit, les personnes atteintes du SJSR doivent faire attention aux activités de haute intensité, qui peuvent provoquer des crampes musculaires et une raideur qui peuvent exacerber les symptômes.
  • Recevoir des massages ou s’auto-masser: Certaines personnes trouvent un soulagement des symptômes du SJSR après avoir massé les zones touchées.
  • Utilisation de la chaleur ou du froid: L’inconfort lié au SJSR peut souvent être apprivoisé en appliquant une compresse chaude ou froide ou en prenant un bain chaud avant de se coucher. La réponse à la température peut varier d’une personne à l’autre.
Lire aussi  Protège-matelas vs sur-matelas : de quoi s'agit-il et quelle est la différence ?

Les chercheurs ont également proposé l’acupuncture, la stimulation électrique, la stimulation magnétique transcrânienne, la sclérothérapie des varices, la lumière infrarouge, le yoga et d’autres méthodes pour soulager les symptômes du SJSR. Cependant, il existe peu de recherches pour savoir si ces traitements sont efficaces et si les avantages l’emportent sur les risques.

Dispositifs médicaux pour le syndrome des jambes sans repos

Une nouvelle attention est accordée à la possibilité d’utiliser des dispositifs médicaux pour améliorer les symptômes du SJSR. De la même manière que le fait de bouger les jambes procure un soulagement temporaire, ces dispositifs médicaux visent à réduire l’inconfort des symptômes du SJSR en fournissant une stimulation externe.

Jusqu’à présent, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé deux dispositifs médicaux comme traitements du SJSR : un bandage de compression pour les pieds et un coussinet vibrant. Les deux sont disponibles sur ordonnance et conçus pour les personnes atteintes de SJSR modéré à sévère.

L’enveloppement des pieds fonctionne en appliquant une pression ciblée sur la zone touchée, généralement la partie inférieure de la jambe ou du pied. En revanche, le coussin vibrant utilise la contre-stimulation pour masquer les symptômes du SJSR et améliorer la qualité du sommeil. Les deux appareils sont considérés comme assez sûrs, bien qu’ils puissent ne pas convenir aux personnes souffrant de certains problèmes de santé sous-jacents.

Certains médecins recommandent également d’utiliser un dispositif de compression pneumatique pour soulager les symptômes du SJSR. On pense que la compression des veines aide à stimuler la circulation et à réduire les sensations inconfortables causées par le SJSR.

Médicament contre le syndrome des jambes sans repos

Les médicaments sont actuellement considérés comme l’étalon-or pour les personnes atteintes de SJSR modéré à sévère. Pour réduire le risque d’effets secondaires désagréables, travaillez toujours avec un médecin pour trouver le médicament qui vous convient.

Les personnes atteintes du SJSR résultant d’une autre affection, ou celles ayant d’autres considérations telles que les femmes enceintes, les enfants, les personnes souffrant d’anxiété ou de dépression, ou les personnes atteintes d’une maladie rénale, peuvent devoir redoubler de prudence lorsqu’elles prennent des médicaments.

Le SJSR peut être traité avec différentes familles de médicaments, les plus courants étant les agonistes dopaminergiques et les antiépileptiques.

Agonistes de la dopamine

Les médicaments qui ciblent les récepteurs de la dopamine sont l’un des traitements les plus efficaces pour le SJSR. Les agonistes de la dopamine peuvent être pris sous forme de comprimés environ deux heures avant le coucher ou administrés en continu par le biais d’un patch. La FDA a actuellement approuvé trois agonistes de la dopamine pour le SJSR : le pramipexole, le ropinirole et la rotigotine.

Un effet secondaire majeur des médicaments dopaminergiques est l’augmentation (aggravation progressive) des symptômes du SJSR, qui peuvent prendre de nombreuses formes. Les symptômes peuvent apparaître plus tôt dans la journée, ils peuvent devenir plus intenses, ils peuvent se propager à d’autres parties du corps ou des doses plus élevées du médicament peuvent être nécessaires pour qu’il reste efficace. Ces effets secondaires pourraient être confondus avec une progression naturelle du SJSR, mais ils sont généralement inversés une fois que le patient cesse d’utiliser le médicament. L’ajustement du moment et de la posologie du médicament peut réduire l’augmentation.

Lire aussi  Mousse à mémoire vs hybride

D’autres effets secondaires potentiels incluent un rebond des symptômes le matin, une tolérance croissante au médicament, des nausées, des étourdissements, de la somnolence, de l’insomnie, une hypotension orthostatique et des comportements impulsifs ou compulsifs tels que le jeu.

Médicaments anti-épileptiques

Les médicaments anti-épileptiques sont souvent utilisés pour les personnes qui ressentent de la douleur en plus de leurs autres symptômes du SJSR. Ces médicaments gagnent en popularité en tant que traitement du SJSR car ils semblent fonctionner aussi bien que les agonistes dopaminergiques, mais sont moins susceptibles de provoquer une augmentation des symptômes du SJSR.

La FDA a approuvé l’utilisation de la gabapentine énacarbil dans le SJSR, la préférant à la gabapentine standard car elle a moins d’effets secondaires. Un autre médicament similaire, la prégabaline, montre également des résultats prometteurs pour les symptômes du SJSR et la qualité du sommeil, et comporte un faible risque d’effets secondaires.

La FDA avertit que les médicaments anti-épileptiques peuvent causer des difficultés respiratoires dangereuses, en particulier pour les personnes déjà à risque, telles que les personnes âgées ou celles souffrant de maladies pulmonaires, et pour celles qui prennent également des opioïdes ou des benzodiazépines. Les médicaments anti-épileptiques peuvent également provoquer une augmentation des symptômes du SJSR, bien qu’ils ne soient pas aussi susceptibles que les médicaments dopaminergiques de le faire. Enfin, les personnes qui prennent des anticonvulsivants peuvent éprouver des problèmes d’étourdissements, de fatigue et de somnolence.

Benzodiazépines

Les benzodiazépines n’ont pas d’effet direct sur les symptômes du SJSR, mais elles peuvent aider les personnes atteintes du SJSR à dormir plus profondément.

En raison du potentiel de développement d’une tolérance, la plupart des médecins prescrivent des benzodiazépines uniquement si les autres médicaments ne fonctionnent pas. Les personnes souffrant d’apnée du sommeil peuvent constater que les benzodiazépines aggravent leurs symptômes. Les benzodiazépines peuvent également causer de la somnolence, de la fatigue et des difficultés de concentration le lendemain.

Opioïdes

De faibles doses d’opioïdes sont un traitement de dernier recours pour les personnes présentant des symptômes graves du SJSR qui ne répondent pas aux autres traitements.

Les opioïdes créent une forte dépendance et la plupart des gens développent une tolérance qui les amène à avoir besoin de doses de plus en plus élevées au fil du temps. Les autres effets secondaires des opioïdes comprennent la constipation, les nausées, les étourdissements et l’aggravation de l’apnée du sommeil.

Autres drogues

Quelques substances, telles que la valériane et l’acide valproïque, sont parfois utilisées pour traiter le SJSR bien qu’elles ne soient pas approuvées par la FDA. En raison du manque de recherche sur leur efficacité et leurs effets secondaires, l’American Academy of Sleep Medicine recommande de ne pas les utiliser pour le SJSR.

Conseils pour faire face au syndrome des jambes sans repos

Apprendre à reconnaître et à éviter vos déclencheurs personnels peut vous aider à gérer le SJSR au fil du temps.

Les techniques efficaces pour minimiser les symptômes du SJSR varient d’une personne à l’autre. De nombreuses personnes trouvent un soulagement en restant actives toute la journée et en utilisant des techniques d’acupuncture, de massage, d’étirement ou de relaxation la nuit. Pendant la journée, vous pourrez peut-être éviter les symptômes du SJSR en gardant votre esprit occupé même lorsque vous êtes assis immobile avec des activités comme lire ou discuter avec un ami.

Bien que le SJSR ne mette pas la vie en danger, la frustration de ne pas pouvoir bien dormir peut nuire à la santé mentale. La thérapie cognitivo-comportementale, les groupes de soutien ou les contacts avec la famille et les amis peuvent fournir des ressources émotionnelles supplémentaires pour faire face au SJSR.

  • Cet article a-t-il été utile?
  • OuiNon

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest